CLIC SGEN BASSE NORMANDIE du 17 Septembre 2012 open

Bonjour,

Les anciens clics open sont sur le site du SGEN Basse-Normandie

2012/2013 : l'année des bonnes résolutions.
    - Vous faites régulièrement appel aux élus du SGEN-CFDT,
    - Vous appréciez nos interventions et nos informations,
    - Depuis plusieurs mois ou plusieurs années vous vous dites que vous devriez vous syndiquer,
N'attendez plus pour le faire
. Téléchargez notre bulletin d'adhésion sur notre site.

Des tracts pour la rentrée
A télécharger sur le site fédéral :
- Mesures urgentes pour l'enseignement supérieur et la recherche publique
- Jeunesse et sport
- Documentalistes
- Personnels de direction

Carrière :

Les personnels de direction pourront faire leurs demandes de mutations entre le 4 et  le 30 octobre 2012. Nos élus nationaux peuvent suivre les dossiers grâce aux fiches faites sur SGEN+.
Pour les concours des IEN et des IPR, les inscriptions seront enregistrées du jeudi 13 septembre 2012, à partir de 12 heures, au jeudi 25 octobre 2012, 17 heures.
Mêmes dates pour tous les concours internes enseignants (PE, certifiés, agrégés), CPE et COP.
La note de service sur les mutations vers des postes à l'étranger vient de sortir. Certaines inscriptions ont déjà commencé !

Enseignant, cela ne s'improvise pas, COP non plus !

Une collègue PLP a été affectée sans concertation et sans formation sur un poste de COP à Saint-Lô. De fait, elle ne peut pas jouer le rôle qui devrait être le sien, en particulier dans la partie qui relève de la compétence comme psychologue. Si le SGEN-CFDT est favorable à la mobilité choisie, il s'oppose à ce type de dérive. Une pétition est à signer en ligne.

STI
Le rectorat, sur consigne du ministère, vient d'envoyer à tous les collègues STI une lettre leur demandant de choisir une nouvelle discipline  pour dans une semaine ! Certes, la réforme des STI a déjà été engagée depuis deux ans, et le changement de discipline était à terme inéluctable, mais la brutalité de l'injonction est surprenante. Le rectorat laisse le choix aux collègues de choisir parmi les 5 (pour les certifiés) ou 3 (pour les agrégés) nouvelles disciplines, mais rien n'est indiqué sur les conséquences de tel ou tel choix, en particulier pour les mutations. Et les syndicats ne pourront pas beaucoup aider, car nous n'avons pas été consultés. De même, le collègue fait une proposition, mais les IPR donnent aussi leur avis. Que se passera-t-il si le rectorat refuse la proposition de l'enseignant ?
Le SGEN demande au rectorat de repousser la date de renvoi du choix et demande une concertation très rapide avec les représentants du personnel.

Refondation de l'école
Le SGEN-CFDT de Basse-Normandie a participé vendredi 14 septembre à un séminaire régional sur la refondation de l'Ecole, déclinaison locale du débat national. Même si ces débats, intéressants, ne changeront sans doute pas à eux seuls le système, il était frappant de constater que les propositions du SGEN (voir ici) faisaient très largement consensus. Il y a un an, une telle situation aurait été inimaginable, les propositions du SGEN étaient considérées comme "irréalistes".

GRETA : arrêt du processus de GIPisation

Le ministre a annulé le processus de transformation des GRETA en GIP. De nouvelles négociations ont commencé. Le SGEN conjointement avec l'UNSA s'est engagé dans ce nouveau processus. Un tract fait le point..

Situation des stagiaires : une amélioration ?
Certes, les stagiaires ont reçu in-extremis une décharge correspondant à un sixième de leur service (en général 3h), avec une formation renforcée en conséquence. Cependant, la mise en place est difficile dans l'académie, comme dans d'autres. En effet, les postes berceaux ont été déterminés en mai pour l'essentiel, sur des services de 18h car la mesure n'a été décidée que fin juin. Ainsi, les établissements se retrouvent avec 3h à affecter à d'autres collègues (en HSA évidemment). Parfois cela s'est fait, parfois non ; certains stagiaires se retrouvent donc avec 15h de service plus 3 HSA !
Il faut ajouter à cela que la formation des stagiaires a retrouvé une partie de l'organisation ancienne : certaines disciplines sont en formation le mardi, d'autres le jeudi. Cela concerne 24 semaines au moins sur l'année, et bien évidemment les stagiaires n'ont pas de cours sur ces journées.
Un stagiaire "18 heures" (15 + 3) aura donc un service complet, plus une journée de formation complète sur les deux tiers de l'année. Sans compter les visites à son tuteur et les exigences de la validation !
Ces nouvelles mesures aboutiront donc, pour certains stagiaires, à un alourdissement du travail. Il reste à espérer que les IPR et IEN, ainsi que les chefs d'établissement, en tiendront compte.