CLIC SGEN BASSE NORMANDIE du 29 septembre 2013 Open

logo clicBonjour,

Les anciens clics open sont sur le site du SGEN Basse-Normandie

Les mauvaises raisons pour ne pas adhérer au Sgen-Cfdt

« Oh tu sais, moi, les syndicats… c’est politique…et moi je ne fais pas de politique ». ( réponse en fin de message)

Réunion bilan sur les opérations de mutations intra 2013 (Second degré)
La réunion a eu lieu mercredi, le résumé est sur notre site.

Visites et heures d'informations syndicales dans les établissement
Pour le lundi 30 Septembre, ce sera le collège de Portbail (de 11 à 12h) et celui de La Haye du Puits de 13 à 14h.
Le jeudi 3 Octobre, collège de la Chaussonnière à Avranches (10h).
Le lundi 7 Octobre, il s'agira des collèges de Saint-Pierre-sur-Dives (11h15 à 12h10)  et de Livarot (13 à 14h).
Ces visites

CIO : y a-t-il un pilote dans l'avion ?
Depuis l'abandon des projets de transfert des CIO aux régions, l'incertitude domine sur l'avenir de ces établissements et de leur personnel. Le gouvernement ne donne pas de direction claire. Voir l'historique, l'état des lieux et les propositions du SGEN-CFDT sur le site national.
Dans l'académie de Caen, ce flou est utilisé pour continuer la politique de récupération de postes administratifs aux dépens des CIO, commencée sous l'ère Sarkozy. Les CIO se trouvent de plus en plus fragilisés, avec parfois des conditions de travail des personnels qui nous font envisager un appel au CHS-CT !
Le SGEN-CFDT et la FSU, viennent de demander une audience sur le sujet au recteur pour l'alerter sur cette situation et l'interroger sur une politique académique qui nous semble aller dans une direction que n'a pas engagée le nouveau gouvernement.
Dans le même temps, une demi-journée d'info syndicale le 17 octobre après-midi au CIO Caen 1 est convoquée par le SGEN et la FSU pour tous les personnels des CIO, COP, DCIO et administratifs.

GRETA et MLDS: encore un effort !

Le statut des personnels des GRETA s'était trouvé fortement menacé par le précédent gouvernement. La mobilisation des personnels et le changement de majorité gouvernementale ont permis d'écarter ce danger. Cependant, la situation antérieure des personnels de GRETA n'était pas acceptable : forte précarité, statuts bricolés, inégalités de traitement avec les autres personnels de l'Education nationale, inégalité de traitement des personnels entre GRETA eux-mêmes ... Sans parler des personnels payés non pas par le rectorat mais un Groupement d'intérêt public (GIP-FCIP, pouvant intégrer des financements européens), faisant exactement le même travail mais ayant des statuts encore plus dégradés.
Si la loi de Refondation réhabilite les GRETA, les textes d'application sont en cours de discussion et le SGEN-CFDT se bat pour obtenir des avancées conséquentes (le détail ici).
Il reste cependant des dossiers que le gouvernement refuse d'ouvrir, le principal étant celui de la reconnaissance du métier des formateurs. S'il existe un CAPES "ingénierie de formation", celui-ci n'est pas ouvert au concours, y-compris dans le cadre de l'actuelle titularisation des contractuels (loi Sauvadet). Il n'ouvre pas non plus droit aux mêmes droits que les autres enseignants, comme celui à la mutation.
A noter que le même problème touche les personnels de la Mission de lutte contre le décrochage scolaire (ex-MGI) : voir le tract du SGEN-CFDT.

Avoir des difficultés avec l'écrit rend plus difficile l'accès à un emploi
C'est une évidence. Mais ce qui reste impressionnant dans la dernière étude de la DARES, c'est que cela concerne 16% des 18-65 ans en France. Au-delà de l'interrogation sur les "ratés" de la formation scolaire, difficile à traiter sur 47 générations, cela doit aussi nous interpeller sur la qualité de réception des messages écrits chez de nombreux parents d'élèves. Dans le Secondaire, l'essentiel des échanges entre établissement et parents se fait par l'écrit, alors que dans le primaire, les parents sont facilement en contact oral avec les enseignants. La difficulté face à l'écrit peut expliquer une partie du désinvestissement ou même de l''agressivité de certains parents d'élèves.

Un collège à repenser ?
Oui, et sans doute de plusieurs façons.
Avoir le courage de concevoir les rythmes quotidien, hebdomadaire et annuel en fonction des élèves, et non selon d'autres préoccupations (voir un tract du SGEN de mars dernier).
Il y a aussi la place des élèves qui est à repenser. Concevoir leur apprentissage en partant de leur unicité intellectuelle et non d'une conception des programmes par discipline qui ne peut présenter qu'un aspect éclaté des savoir et des capacités, c'est normalement la démarche qui sous-tend le Socle commun. Leur donner une part de décision et qui va avec, le devoir d'assumer leurs choix, au lieu de se retrouver tout en bas d'une chaine hiérarchique sur laquelle ils n'ont aucune prise (voir cet article sur le "diktat disciplinaire au collège"), c'est la nécessaire formation du citoyen.

Pourquoi les syndicats sont nuls ?

Parce qu'il faut bien vendre du papier !  Le dernier titre accrocheur de l'Express rentre bien dans cette catégorie. Ayant reçu le numéro gratuitement comme offre publicitaire, j'ai pu le constater. En effet, les différents articles consacrés au sujet des syndicats sont plutôt de bonne qualité. L'analyse des difficultés que les organisations professionnelles affrontent comme celle des différents positionnements des centrales sont sérieuses. Elles rejoignent bien souvent les analyses de la CFDT.
C'est dommage, car la seule que retiendront tous ceux qui ne n'auront pas lu les articles sera juste le titre de la Une !

Les bonnes raisons pour adhérer au Sgen-Cfdt : Certes, de l’extérieur on a l’impression d’entendre parler des syndicats seulement lors des grèves, des manifestations et autres événements dont la portée est éminemment politique. Mais un syndicat, c’est avant tout une association pour la défense des droits des travailleurs. Ecouter, conseiller, appuyer, voilà les missions que nous remplissons le plus souvent.

Alors, j'adhère au SGEN-CFDT !