CLIC SGEN BASSE NORMANDIE du 5 décembre 2012 open

Bonjour,

Les anciens clics open sont sur le site du SGEN Basse-Normandie

Se syndiquer : pas de syndicat fort sans adhérents
Vous  appréciez le travail des élus du SGEN-CFDT, vous voulez être informés,

n'attendez plus pour le faire. Téléchargez notre bulletin d'adhésion sur notre site.

Calendrier des opérations de carrière et de mutation.
Le calendrier pour les enseignants, les COP et les CPE est en ligne sur notre site. Les CAPA consacrées aux changements d'échelon auront lieu les 14 décembre (CPE et profs d'EPS) et 17 décembre (Certifiés et PLP). Pour les COP, ce sera le 18 janvier, pour les agrégés du 19 au 21 février.
Les voeux pour les mutations inter sont termoinés depuis le 4 décembre. Il faut actuellement renvoyer les confirmations écrites. N'oubliez pas de faire une fiche de suivi sur le nouveau SGEN+.

Refondation de l'Ecole : vers la loi d'orientation

Pour mémoire, un blog du SGEN-CFDT fait suivre les débats au plus prêt. Le SGEN a signé avec une douzaine d'autres organisations un communiqué de presse reprenant ce qui semble essentiel à cette refondation, en 7 points. Il est intéressant de noter que le premier est une "école bienveillante".

Histoire des Arts :
Le SGEN a été entendu par des parlementaires pour faire le bilan de 3 ans d'Histoire des Arts au Brevet. Le compte-rendu sur le site national.

Carrières longues : qui peut en bénéficier ?
Depuis le 1er novembre, plus de 100 000 salariés qui ont commencé à travailler jeunes peuvent bénéficier du dispositif carrières longues assoupli et partir à la retraite avant 60 ans.  Si vous pensez être concerné, les informations nécessaires sont sur le site de la CFDT.

Refondation : les masques tombent
Les mesures de la loi d'orientation sur l'avenir de l'Ecole se précisent, et l'on constate de plus en plus que des organisations syndicales retrouvent leurs vieux réflexes. Certaines, comme FO et le SNALC pratiquent historiquement un immobilisme assumé. SUD a décidé une fois pour toute de ne rien accepter avant la venue du "Grand soir" se retirant de fait toute possibilité de peser. Le SGEN-CFDT et l'UNSA prônent et surtout assument le changement, quand ils l'estiment nécessaire évidemment.
Et les syndicats majoritaires, la FSU (SNES, SNEP pour les profs d'EPS, SNUipp pour le primaire ...) et la CGT (pour l'enseignement en LP) ? Ils se cachent derrière un discours réformateur tout en refusant quasi systématiquement tout ce qui est proposé.
Ce qui se passe dans l'académie, et en particulier dans le Calvados en est un bon exemple.
Jeudi 22 novembre a eu lieu un Comité départemental de l'Education nationale (CDEN) à Caen. Le compte-rendu est disponible sur notre site, réservé aux adhérents. Sur 4 syndicats représentatifs dans l'académie (FSU, SGEN, UNSA et SUD), 3 s'y sont exprimés.
SUD refuse toutes les mesures envisagées par le gouvernement actuel.
Le SGEN dresse un bilan négatif de 10 ans de droite au pouvoir puis insiste sur la nécessité de réussir le changement. Cette obligation de réussite implique le gouvernement, mais aussi les personnels qui doivent s'y engager. Une priorité des moyens est mise dans l'Education, il faut prouver aux électeurs que ce n'est pas une mauvaise idée.
La FSU estime que la politique scolaire du gouvernement est la même que celle du précédent. Elle demande un retour en arrière sur le Socle commun, sur la réforme du lycée, le bac pro 3 ans, etc., en s'appuyant sur les difficultés de mise en place. Elle réclame dans le même temps "une réforme ambitieuse" dont évidemment elle ne précise rien.
On est ici dans l'essence de l'immobilisme  : avoir des revendications assez  vagues pour se poser comme progressiste tout en prenant prétexte du mécontentement des collègues pour, à chaque fois, refuser les évolutions.
Un syndicalisme de court terme qui ne fait que relayer les mécontentements est efficace électoralement, mais il est destructeur de notre métier à long terme.