Consultation des enseignants sur le socle commun : en profiter

Le socle de la statue de la Republique, place de la Republique, a Paris - The pedestal of the Republic statue, Republique square, in Paris - Pour usage documentaire exclusivement - Only for documentary use Certains le savent, d’autres non : dans l’académie, une consultation de l’ensemble des enseignants du primaire et du collège aura lieu le jeudi 2 octobre.

Ah, non, cela vient de changer, ce sera le mercredi 1er octobre, le matin.

Le changement se comprend pour des raisons de transport scolaire, sachant que les élèves ne sont pas accueillis dans les écoles et les collèges ce jour-là. D’autres problèmes se poseront cependant pour tous les collègues qui ont des enfants jeunes, car ils ne pourront pas les envoyer à l’école !

Nous conseillons de proposer la création d’une garderie dans les collèges sur cette matinée, sinon beaucoup de collègues seront absents !

Trois heures pour être consultés sur le projet de socle commun (disponible ici), c’est peu. Ce sera sans doute aussi assez décevant si l’on n’y prend pas garde.

Quelques conseils pour tirer profit de ce temps octroyé par l’institution.

Les enseignants ne sont pas consultés sur le bien-fondé du Socle commun car la décision politique est déjà prise dans la loi. Il s’agit juste de prendre un peu de temps pour lire et s’approprier le projet. Et “faire tourner les méninges” en discutant entre collègues du premier degré et du collège.

Il peut cependant être intéressant de faire remonter des difficultés de mise en oeuvre ou des manques. Un questionnaire en ligne pourra être rempli individuellement après le 1er Octobre. A priori, aucune synthèse d’établissement n’est prévue, mais les choses sont encore loin d’être fixées.

Mais c’est surtout au niveau des établissements que la demi-journée peut être profitable. Réfléchir à la mise en oeuvre d’une évaluation, d’une remédiation et d’une validation intelligente ou commencer à envisager le remplacement des notes par une évaluation plus précise sur la base des compétences, comme cela se fait dans certains collèges par exemple.

Même si ce socle commun est imparfait, il est une avancée vers l’objectif de fournir efficacement aux élèves les moyens de réussir leur scolarité.
Cependant, sa mise en place réelle nécessite une formation importante des collègues. Cela coûte cher et devra être prévu dans les budgets de la formation continue.