CTA du 15 octobre 2012 Analyse du bilan social académique

logo sgen cfdtUn certain nombre d'indicateurs doivent nous alerter.

Egalité hommes femmes

L'académie, tous corps confondus, présente environ 2 tiers de femmes pour un tiers d'hommes. Cependant, dès nous abordons des postes de responsabilité, les taux changent considérablement.

Certains chiffres sont caricaturaux :

    • 64% des personnels de direction en EPLE sont des hommes
    • 56% des personnels d'inspection sont des hommes
    • 57% des cadres supérieurs des IATSS (filière administrative) sont des hommes (pour les ADJENES, c'est 96% de femmes) !
    • Un indice moyen pour les hommes de 585, et de 524 pour les femmes.

Contractuels :

Ils sont proportionnellement très importants chez les personnels administratifs (13,5%) et connaissent une forte croissance. De même, ce n'est pas apparent dans le document mais les réunions bilan sur les mutations le font régulièrement apparaître, le nombre de contractuels enseignants du Second degré a fortement augmenté sur les 5 dernières années.

Mal-être des personnels

Problèmes liés à la distance du lieu d'exercice.

Chiffre inquiétant : faible taux de satisfaction des PE de l'Orne pour des mutations interdépartementales (page28).

Il y a absence de chiffres sur les personnels du Second degré qui sont affectés dans un autre département que celui de leur conjoint. Ils sont pourtant nombreux.

Postes partagés : forte augmentation (de 357 à 411, soit 15% sur un an, 30% sur deux ans)

Absences

Taux inquiétants : (page 36) : augmentation forte chez les PLP, chez les profs d'EPS, chez les pEGC, ches les CPE

Mobilité carrière :

Augmentation continue des chiffres (231 en 2008-2009, 240 en 2009-2010, 267 en 2010-2011). Cela peut correspondre à un changement de mentalités, mais aussi à une souffrance dans son métier. Les expériences syndicales feraient plutôt pencher vers la seconde solution.

Santé des personnels

Seulement 417 consultations au rectorat, essentiellement pour des procédures administratives (mutation, poste adapté, allègement de service …). Alors que beaucoup de collègues souffrent dans leur lieu de travail, le RV au rectorat n'est pas un réflexe. L'absence de visite systématique empêche d'avoir le temps de parler de ses problèmes, et le rectorat-employeur d'avoir une vision réelle de l'état de santé des salariés.