EMC : un retard au démarrage qui doit servir de leçon.

planningL’enseignement moral et civique (EMC) aurait dû s’intégrer dans la réforme globale des programmes des cycles 1 à 4 (de la maternelle au collège) qui entrera en application à la rentrée 2016. Les évènements de janvier dernier ont poussé le gouvernement à avancer sa mise en place à cette rentrée.

La décision peut politiquement se comprendre, même si cela a nécessité des bricolages sur les services, en particulier au lycée où aucun temps scolaire n’était jusque-là précisément défini alors qu’au collège l’EMC a naturellement pris la place dévolue à l’Education civique.

Cependant, le fonctionnement administratif central reste lourd !

En témoigne ce qui vient de se passer pour les classes de troisième. Le DNB existera encore dans sa forme actuelle à la fin de cette année (des modifications importantes sont probables ensuite). En Histoire-Géographie et Education civique et EMC, une épreuve écrite finale nécessite un programme identique au niveau national au moins pour cette année scolaire. Cependant, comme la plupart des nouveaux programmes, ceux de l’EMC sont définis par cycle, sans indication particulière de niveau de classe. La troisième appartient au cycle 4, avec la cinquième et la quatrième ; il fallait donc définir nationalement  ce qui sera travaillé dans toutes les troisièmes de France en vue du brevet cette année.

Or lors la pré-rentrée, on ne vît rien. Alors que les collègues auraient dû travailler ensemble sur ces nouveaux programmes, aucune information du national n’était disponible. Le rectorat a été obligé de transmettre un cadrage non encore définitif seulement en fin de semaine dernière, avec les réserves d’usage.

Cela ne pose certes pas un problème essentiel, car les collègues ont laissé de côté pour l’instant le programme d’EMC et ils ont commencé les cours avec l’Histoire ou la Géographie. Cependant les programmes d’EMC ont été travaillés tout au long du printemps, ils ont été publiés le 25 juin, et un simple choix formel des sujets sur une seule année ne devrait pas prendre plusieurs mois.

Ce type de problème va très certainement se présenter de façon beaucoup plus importante avec la mise en place de la réforme du collège et celle des programmes qui va avec. Ce sera déjà un travail considérable et compliqué pour l’ensemble des personnels concernés ; il ne faudra pas qu’il soit handicapé par des lourdeurs inutiles.