Enfin le Ministère se préoccupe de ses services d’orientation !

Du site fédéral

Compte-rendu du groupe de travail national sur l’orientation organisé par le MEN avec tous les syndicats le 30 janvier 2014.

Groupe de travail piloté par M. Bernard Lejeune, directeur adjoint du cabinet, et M. Delahaye (Degesco).

Télécharger le tract (recto-verso)

Rappel des propositions ministérielles par le directeur de cabinet extraites du document de travail remis en séance

« L’architecture du système d’orientation :

La politique conduite par le ministère de l’éducation nationale vise à renforcer les capacités d’action des collèges et des lycées dans le domaine de l’orientation. Les centres d’information et d’orientation (CIO), les directeurs de CIO (DCIO) et les conseillers d’orientation-psychologues (COP) sont au cœur de cette stratégie.

De plus, l’éducation nationale est partie prenante du futur service public régional de l’orientation (SPRO), en expérimentation dans 8 régions et 9 académies au cours de la présente année scolaire, qui permettra de bien identifier la place de l’orientation dans le cadre de compétences respectives et complémentaires de l’état et des collectivités territoriales.

Les rôles respectifs de l’état et de la Région dans le SPRO sont les suivants :

L’État continue de définir au niveau national et de mettre en œuvre la politique d’information et d’orientation des jeunes dans les établissements scolaires et d’enseignement supérieur de façon à développer chez tous les élèves et étudiants la connaissance des métiers et des formations qui y conduisent ainsi qu’une capacité à s’orienter. Les CIO sont en appui pour la mise en œuvre de cette politique.

La Région organise le SPRO tout au long de la vie et coordonne sur son territoire les actions des autres organismes qui y concourent en direction des publics jeunes et adultes.

Les CIO participent au SPRO. Leur apport est déterminé par une convention entre l’autorité académique et la région.

Tous les personnels de l’orientation (DCIO, COP) restent des fonctionnaires d’état. Leurs statuts et leurs missions sont définis par l’éducation nationale. »

Plusieurs propositions du Sgen-CFDT sont prises en considération dans ce document de travail.

Le ministère a demandé à tous les syndicats d’envoyer leurs remarques pour arriver à un texte stabilisé servant de base pour les futurs groupes de travail.

Le Sgen-CFDT attendait la tenue de ce groupe de travail et est satisfait des premiers éléments de cadrage annoncés par le ministère, notamment dans la reconnaissance des CIO en appui de sa politique.

• Le Sgen-CFDT exige d’emblée un moratoire sur les fermetures de CIO et pose en préalable cette condition à sa participation au groupe de travail. Il attend du MEN des consignes claires en direction des recteurs, qui doivent trouver des solutions alternatives en cas de désengagement des conseil généraux, afin de préserver les structures.

• Le directeur de cabinet s’engage à revoir avec les recteurs les situations les plus urgentes (ex. Rouen...) et à surseoir à la réorganisation de la carte des CIO.

Positions et revendications du Sgen-CFDT

 negociationLe Sgen-CFDT refuse la partition des publics : le CIO a pour mission de recevoir tous les publics et les COP ont les compétences pour cet accueil OTLV ; pour les adultes, le CIO doit assurer essentiellement le premier accueil.
• Le Sgen-CFDT rappelle la nécessité de définir un cadre national pour la convention annuelle état-région.
• Le Sgen-CFDT dénonce la contradiction entre la participation des CIO au SPRO qui définit un accueil de proximité et la fermeture de CIO en milieu rural ; le CIO est indispensable dans tous les territoires.
• Le Sgen-CFDT soutient la participation des CIO au SPRO dans la cadre d’un travail en complémentarité avec les partenaires. Il ne s’agit pas d’uniformiser des missions ou des services.
• Le Sgen-CFDT attend des engagements financiers des collectivités territoriales pour la participation des CIO au SPRO.