Groupe de travail CPE du 23 février 2015

logo sgen cfdtCe groupe de travail était destiné à discuter de l’implantation des postes des CPE dans l’académie.

Du côté de l’administration, le rectorat et les directions académiques des 3 départements étaient représentés. Du côté des organisations syndicales, on trouvait le SGEN-CFDT, la FSU, l’UNSA et Sud.

7 créations de postes ont été annoncées par le ministère. Comme l’année dernière, une partie de ces créations est destinée à “éponger” des surnombres dans l’académie. Il reste en fait 4 postes à implanter.

A la rentrée 2015 il y en aura donc 267 postes de CPE.

Un document de travail permettant d'avoir une vision globale de la situation des établissements  a été distribué.

Une discussion sur un éventuel redéploiement de postes de CPE des lycées vers les collèges a lieu. Nous déplorons tous une situation de pénurie des postes de CPE, mais au regard des avantages qu'y trouveraient certains collèges et de l'impact relativement faible des situations de fermeture dans les lycées concernés nous l'acceptons.

Propositions de créations de la part de l'administration :

Collège des Douits à Falaise

Collège Guillaume de Normandie à Caen

Collège Dumont d'Urville à Condé s/ Noireau

Collège Maupassant à St Martin de Fontenay

Nous sommes d’accord.

Redéploiement de deux postes de lycée (fermeture en langage clair)   :

1 à Paul Cornu (il y en a 5 et il en restera 4)

1 au lycée Gabriel d'Argentan (il y en a 2 pour 278 élèves avec internat soit,  et il en restera 1)

ce qui permet d'ouvrir en plus 2 autres postes:

1 au Collège Tancrède de Hauteville à St Sauveur Lendelin

1 au Lycée Rabelais à Ifs

Nous sommes d'accord également.

Nous avons aussi abordé la situation des postes de CPE partagés dans la Manche.

En effet, ces cas particuliers qui sont destinés à gérer la pénurie, empêchent en fait un travail satisfaisant dans les deux établissements.

Au regard des éléments avancés et de l'évolution des effectifs le Ducey/Pontorson évolue en un poste à temps complet à Ducey.

.

Fabrice REMEUR