“Récupération “ de la pré-rentrée : le SGEN écrit au DASEN

Lettre 2C'est avec consternation que nous avons découvert la semaine dernière la circulaire départementale envoyée aux écoles élémentaires et primaires, qui organise la "récupération" de la deuxième journée de pré-rentrée.

Ce choix de la direction académique est choquant pour au moins deux raisons :
  • comme l'avons dit en juin et en septembre dernier, 2 jours, c'est  au minimum le temps consacré par les PE à la préparation de la rentrée
  • imposer des dates, et en particulier des mercredis après-midi,  pour élaborer le projet d'école, c'est dénier à des agents de catégorie A, c'est à dire des cadres, la capacité à s'organiser de façon autonome sur des temps choisis par eux mêmes pour effectuer des taches demandées. C'est au mieux infantilisant,et, au pire,  méprisant...
Nous avons donc écrit hier au Directeur Académique pour lui demander de ne pas imposer de mercredis après midis, mais de laisser les équipes s'organiser à leur guise pour élaborer le projet d'école.

Nous vous informerons des suites données à ce courrier..

Ci-dessous, le contenu du courrier envoyé mercredi 6 avril au Directeur académique :

Monsieur,

C'est avec déception que nous avons appris la semaine dernière que vous aviez décidé du rattrapage de la deuxième journée de pré-rentrée les mercredis 20 et 27 avril prochains.

Lors du Groupe de travail du 28 août puis lors de la CAPD du 13 octobre, nous étions intervenus auprès de votre prédécesseur :

« Nous sommes en désaccord avec la décision du ministère de supprimer la 2ème journée de pré-rentrée, ce qui était une réponse à une demande corporatiste de certains syndicats du Second Degré !

Personne ne peut croire qu’une seule journée suffit à préparer la rentrée dans le 1er degré, quand on connaît le temps de préparation matérielle nécessaire. Pour ces raisons, les enseignants sont présents dans leurs écoles souvent bien avant le 1er septembre !

Dans certains départements, les directions académiques sont conscientes de ces réalités qui ont peut-être échappé à l’acuité du ministère. Par respect pour le travail et l’implication des personnels, elles n’ont rien changé à l’organisation de la rentrée, et ne programmeront probablement pas de « temps de réflexion et de formation » supplémentaire.

Au contraire, dans le Calvados, c’est très clair, puisque la note du 29 juin précise qu’aucun temps de présence dans les écoles ne saurait être pris en compte avant le 31 août et que des thèmes de réflexion ont déjà été proposés par des IEN dans le cadre des 2 demi-journées…

Nous vous faisons part aujourd’hui du profond mécontentement de nos collègues. Ils ont le sentiment que la direction académique ne reconnaît pas leur travail.

C’est pourquoi nous vous demandons de bien prendre en compte l’ampleur de l’engagement des personnels, notamment lors de la préparation de la rentrée, et de ne pas ajouter de temps de réunions supplémentaire puisque rien ne vous y contraint. »

Nous réitérons donc aujourd'hui notre demande. Les professeurs sont des agents de catégorie A. En toute autonomie, ils doivent pouvoir décider en équipe des temps où ils souhaitent se réunir (le midi, le soir après la classe, des mercredis après-midi) pour élaborer leur projet d'école tout en respectant les échéances fixées. Les mercredis après-midi que vous avez mentionnés doivent être présentés comme des possibilités et non des injonctions.

Il nous semble d'ailleurs que c'est dans cet esprit qu'a été rédigé l'arrêté du 16 avril 2015 portant sur la modification du calendrier scolaire et précisant en annexe 1 : « Pour les enseignants, deux demi-journées (ou un horaire équivalent), prises en dehors des heures de cours, pourront être dégagées, durant l'année scolaire, afin de permettre des temps de réflexion et de formation sur des sujets proposés par les autorités académiques »

Dans l'attente de votre réponse, recevez, Monsieur le Directeur Académique, nos salutations distinguées.

Sylvain LANGLOIS et Béatrice BERNACHE-ASSOLLANT, pour le SGEN-CFDT