Les organisations syndicales ont été reçues par la rectrice les 29 et 30 octobre. Voici les informations données par le rectorat à la date du 30 octobre midi.

Hommage à Samuel Paty

Les choses ne semblent pas encore totalement calées. Il est sûr en tous cas que les deux heures banalisées de lundi matin sont annulées. Soit il n’y a que la minute de silence à 8h15, soit il y a une demi-journée banalisée, soit une journée entière. On aura la précision rapidement.

Des ressources existent pour aider les collègues. Elles doivent être rapidement diffusées.

Mise en place du protocole sanitaire

Les organisations syndicales ont souvent insisté sur la difficulté à mettre ne place un protocole renforcé.

La rectrice a indiqué qu’il fallait le mettre en place dans la mesure du possible, prenant acte de l’impossibilité à l’appliquer à la lettre partout et toujours. Elle a demandé à évaluer ce qui se fait et à l’améliorer ou à réactiver certaines mesures un peu abandonnées depuis la rentrée.

Pour le nettoyage, le temps de repas étendu et les transports en commun sur des horaires décalés, qui dépendent des collectivités locales, les discussions sont en cours avec la région et les départements. Il ne faut cependant pas attendre grand chose, on ne voit pas bien où ces collectivités vont brutalement trouver des personnels supplémentaires.

Personnes vulnérables

Le rectorat est en attente des décisions du ministre de la fonction publique. A priori, les choses viennent juste d’être clarifiées pour la liste de ces personnes (voir ici : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F35217). Si vous êtes concerné, indiquez le plus vite possible votre situation ) votre hiérarchie.

Les dernières informations se trouvent sur la FAQ du ministère (à la fin).

L’inquiétude est réelle sur le remplacement de ces personnels. Que faire des élèves ? Pour l’instant, nous n’avons pas de réponse.

Communication envers les parents

La rectrice a rappelé que si un élève est testé positif, tous les parents de la classe doivent avoir l’information. De fait, actuellement, certains responsables hiérarchiques, surtout dans le premier degré, l’interdisent.

Masques

Pour le premier degré, ils sont arrivés dans les collèges, les directeurs d’école doivent aller les récupérer. Pour le second degré, ils sont déjà arrivés dans les établissements (masques pour les personnels).

Les masques transparents sont réservés aux enseignants qui ont des élèves malentendants. La question est posée pour l’enseignement des langues, mais pour l’instant, il n’est pas prévu de le faire.

Des masques de taille S sont prévus pour les écoles primaires (rappel : ce sont les familles qui fournissent ; ces masques ne sont là qu’en cas d’oublis ou d’impossibilité pour les familles de fournir un masque).

Attestations

Pour les enseignants comme pour les parents, ces attestations sont fournies par le chef d’établissement ou le directeur. Pour les premiers jours, il y aura demande auprès de la préfecture d’une certaine tolérance. En effet, il faut bien aller au moins une fois à l’école, au collège ou au lycée pour avoir cette attestation !

Voir ici : https://sgenbn.fr/nouveau-protocole-sanitaire-et-attestation-de-deplacement/

Tests

Il serait question que les personnels de l’Education nationale et les élèves puissent accéder à des tests en priorité. cependant pour l’instant, rien de précis n’a été dévoilé.

BTS et CPGE

Les élèves de ces classes qui sont dans les lycées suivront les mêmes règles que les autres lycéens. Ils feront donc du présentiel à priori.

Les réunions diverses (CA, conseils de classe, réunion parents professeurs …)

A priori il faut éviter le présentiel et s’organiser autrement.

Les formations

Tout ce qui peut être fait à distance se fera. Ce qui ne peut pas être fait sera reporté en décembre. Ou après …

AESH et ULIS

Pour les AESH, qui sont an contact avec plusieurs élèves successivement, rien n’est défini. Il faudra regarder la FAQ du ministère.

Pareil pour l’inclusion des élèves en Ulis.